Facteurs de risque silencieux

La gravité du problème est représentée dans le concept d'Iceberg. Très souvent, ces maladies restent au stade pré clinique pendant longtemps et ne se manifestent que tardivement. Les praticiens ne voient que la partie émergée : « la pointe » de l'Iceberg, représentée par les formes graves ou les complications, alors qu'en fait toutes les racines du mal se cachent derrière.

On peut en avoir sans le savoir

Le diabète, l'hypertension et l'excès de cholestérol, très souvent, restent silencieux pendant longtemps. Ils peuvent agir pendant plusieurs années sans provoquer de symptôme. Puis tout à coup, les patients se présentent avec des maladies cardiaques graves (angor ou infarctus du myocarde), ou bien des complications (accident cérébro-vasculaire, arrêt cardiaque ou mort subite).

Nous sommes tous concernés : il faut agir

La bonne nouvelle est qu'il est possible d'agir, ce qui nous laisse beaucoup d'espoir pour le futur. 

De nombreux décès liés aux maladies cardiovasculaires peuvent être évités par une modification de ces facteurs de risque. Un changement de style de vie, en adoptant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, et en s'abstenant de fumer pourrait réduire la morbi-mortalité cardiovasculaire et ses conséquences sanitaires. Certains tests cliniques nous permettent aujourd'hui de contrôler la tension artérielle, le taux de lipides sanguins et la glycémie. Nous pouvons ainsi réduire sensiblement le risque de décès dus au diabète et aux accidents cardiovasculaires.